Recherche dans ce blog

Translate

jeudi 18 avril 2013

Madeleines part #2

Bonjour tout le monde! 

Après un petit intermède "infusion cacao" hier, revenons à nos madeleines, ou plutôt VOS madeleines!
Les 2 dernières propositions que vous aviez faites vont être présentées dans cet article, et j'y ajoute tout de même ma petite contribution avec une recette sucrée.

Pour commencer, la marche à suivre est la même que la dernière fois, et vous pouvez la retrouver ICI.
J'ai encore une fois divisé la préparation en 3 parties pour les 3 parfums. Même pour les madeleines sucrées que je vais vous proposer, la base est la même, je n'ai pas ajouté de sucre, c'est la garniture qui va servir à sucrer la pâte.

Je vous avoue que dans les recettes de cet article, il y a mon coup de coeurs, même si j'ai aimé toutes les propositions, et nous allons commencer par ce coup de coeur.
Nous le devons à Emilie B, fidèle lectrice très bien inspirée ce jour là, qui nous a proposé des  : 

Madeleines bacon/oignons caramélisés

Pour les réaliser j'ai utilisé : 
J'ai utilisé la viande de grisons car je l'avais choisie pour une autre préparation de madeleines, mais le bacon apportera sans doute un goût fumé que la viande des grisons n'a pas. Pour ajouter du croustillant, le bacon séché sera parfait.

Commençons par l'étape qui fâche : couper l'oignon. Pour éviter de pleurer, il suffit de savoir une petite chose au préalable... C'est l'heure de la minute scientifique ;p 
Lorque l'on coupe l'oignon, on casse les cellules qui le composent. Cela conduit à une réaction qui libère un composé volatil irritant, sorte de gaz, qui est "attiré" par les liquides. Nos yeux étant protégé par un liquide, ils sont la cible idéale. Pour éviter de pleurer, il faut donc éviter que nos yeux soient le seul "point d'eau environnant". Pour cela, 2 solutions : 
- la première, en mode tendance/fashion/style : on porte des lunettes de piscine et on fait barrière. Efficace certes, mais quand on a des invités et une cuisine ouverte, bof bof.
- la deuxième : découper après avoir ecouvert l'oignon d'un mince filet d'eau, ou encore en se tenant à proximité de ce filet...Un peu moins efficace, mais plus incognito.

J'ai donc taillé finement l'oignon que j'ai fait revenir dans une cuillère à soupe d'huile de noisette. Quand il est devenu translucide, j'ai rajouté une cuillère à café de sucre en poudre et j'ai remué en surveillant la caramélisation, que j'ai choisi de ne pas trop pousser.



Il faut ensuite tailler la viande des grisons (ou le bacon). Ii j'ai fait de petits carrés, on peut choisir de tailler des morceaux encore plus petits.
On mélange enfin le tout à la pâte. Inutile d'ajouter du sel, la viande en contient et cela atténuerait le côté caramélisé des oignons. 

Pour la cuisson, rien ne change : 4 minutes à 220°C puis 6 minute à 200°C, et c'est prêt!


Nous devons la dernière recette salée à Lilie L-O qui nous a proposé des madeleines poulet/poivron, et que j'ai revisitée en  : 
Madeleines viande des grisons/poivrons rouges.

Vous allez penser que je fais une fixette sur la viande des grisons, mais non! C'est surtout que je n'aime pas utiliser seulement une toute petite partie d'un produit qui est donc ensuite entamé et à consommer rapidement. Je n'aime surtout pas jeter, et j'ai donc choisi, dans la mesure où j'ai réalisé des petites portions de chaque préparation, d'exploiter ce produit plusieurs fois plutôt que de multiplier le sproduits pour en utiliser très peu.
La recette poulet/poivrons reste bien sûr dans un coin de mon carnet de recettes!

La marche à suivre est encore très simple : 
- découper la viande en petits morceaux (pour du poulet, on peut imaginer un poulet mariné au citron vert et au gingembre avant de le cuire rapidement et de le découper)
- découper le poivron en petits cubes et les faire revenir à la poêle dans un peu d'huile d'olive pour les ramollir un tout petit peu.
- enfin, mélanger le tout à la pâte et enfourner.
Et ce qui est drôle c'est qu'après cuisson, ces madeleines ont un aspect très proche des précédentes. Vous pouvez donc les faire déguster à l'aveugle à vos invités pour qu'ils retoruvent les ingrédients.
Je trouve que l'on détaille plus les gûts quand on ne connait pas la description précise du plat, on cherche, on savoure, cela devient un jeu.

J'ai expérimenté cela récemment au restaurant de "Pierre-Sang in Oberkampf" à Paris (ancien cnadidat de Top Chef), où après nous avoir demandé de préciser nos éventuelles allergies ou intolérences alimentaires, chaque plat est servi sans savoir ce que l'on reçoit. Le visuel, bien que très travaillé et de qualité, ne nous renseigne pas beaucoup sur la totalité des ingrédients, tout est une histoire de papilles qui vont de ce fait être beaucoup plus en éveil et décomposer toutes les saveurs des plats. Après dégustation, le plat nous est décrit en détails, et c'est vraiment une chouette expérience gustative.

Je suis bien d'accord sur le fait que sur ces madeleines, la difficulté et la quantité de saveurs est bien plus faible, mais c'est une activité à tenter!


Il est temps de terminer cette doubl session madeleines par une note sucrée avec ma proposition : 

Madeleines aux fraises Tagada

Il vous faut : 

Il suffit de faire fondre les bonbons dans la casserole à feux doux. Cela peut prendre un peu de temps, mais mieux vaut être patient et éviter de faire bouillir la crème.




Attendez ensuite que la la crème aux fraises tagada fondues refroidisse, et en verser une bonne moitié seulement quand elle est tiède sur le reste de la pâte.
J'ai ensuite découpé 2 bonbons en tout petit morceaux que j'ai enfouis dans la pâte une fois dans les moules. Il faut que les morceaux de bonbons soient bien recouverts de pâte sinon ils vont totalement fondre et couler à la cuisson.

Il ne reste plus qu'à enfourner.

Le reste de la crème aux bonbons va commencer à figer, vous pouvez alors le servir à côté des madeleines et le splus gourmands pourront les tremper dedans!

Elle est pas belle cette bosse?!?! :)

Je vous souhaite une bonne dégustation et vous dit à très vite pour une recette salée!

Des bises!







Aucun commentaire:

Publier un commentaire